Renouer avec la croissance grâce à un programme de bien-être financier des salariés ?

Par
Yann Le Floc'h

6min.

Blog
>
Articles
>
Renouer avec la croissance grâce à un programme de bien-être financier des salariés ?

Dans les pays anglo-saxons, la question du bien-être financier des employés s’est très largement imposée dans les services RH ces dernières années. D’après une étude de la Bank of America datant de septembre 2019, 53% des entreprises américaines proposaient alors un programme de bien-être financier contre 24% en 2015.

En France, force est de constater que l’on en est pas là. On parle beaucoup de bien-être au travail, mais on oublie souvent de s’intéresser aux aspects financiers, si ce n’est pour parler salaire et quelques avantages. Pourtant, lorsque l’on considère l’essor fulgurant de la question Outre-Atlantique, on comprend bien qu’il s’agit là d’un enjeu de taille pour les services RH ! Et pour cause, si l’on se penche un peu plus avant sur la question, les chiffres sont édifiants : d’après une étude Mercer datant de 2019, 69% des actifs français sont stressés par leur situation financière. Et pour 49% des sondés, c’est entre 1 et 8h par mois qu’ils passent sur leur lieu de travail à s’inquiéter pour leurs problèmes pécuniaires… De quoi affoler les indicateurs RH clés ! Stress, manque de sommeil, l’impact sur la productivité des salariés est réel et ne peut plus être ignoré par les entreprises. Et dans ce contexte de crise économique majeure que nous traversons, elles vont devoir prendre en main et adresser les problématiques fondamentales. Et le problème financier va décidemment être au cœur des préoccupations des foyers.

Les français et l’argent : le grand tabou

Pourquoi ce retard des entreprises françaises quand il s’agit de s’intéresser au bien-être financier de ses salariés ? La principale raison est probablement à chercher dans les mentalités. La question de l’argent relève beaucoup dans les esprits de l’hexagone du domaine de l’intime, du personnel.

Alors, que l’entreprise se « mêle » de ce sujet pourtant extra-professionnel peut en rebuter certains. D’ailleurs, en cas de problèmes financiers, les salariés ne sont que 17% à se tourner vers leur entreprise, contre 78% vers leur famille et 72% vers leur banque. Et pourtant, ils reconnaissent qu’ils bénéficieraient majoritairement de solutions facilitantes venant de leur employeur : pour 43% d’entre eux, ils souhaiteraient pouvoir profiter de prestations négociées ou de prêts, tandis que 27% sollicitent l’aide d’un conseiller. Prendre en compte les besoins individuels Mais pour s’adapter à cette demande et répondre au mieux aux besoins d’accompagnement financiers des salariés, les services ressources humaines doivent prendre en compte un pré-requis indispensable. C’est que pour être viable, un programme de bien-être financier doit être flexible. En effet, au sein de l’entreprise, il doit pouvoir toucher plusieurs générations : baby boomers, Génération X, Y, Z, Milléniaux… A chaque âge ses besoins : alors que les seniors préparent leur retraite, les générations Z cherchent à acheter, tandis que les milléniaux épargnent pour bien démarrer dans la vie. Les projets varient également, ce qui implique que les solutions proposées doivent être souples, voire « à la carte ». Un programme de bien-être financier autour de 4 points clés :

1. Informer

On l’a vu, les salariés apprécieraient de bénéficier de la part de leur employeur de conseils financiers. Savoir gérer un budget, c’est effectivement une question de compétences mais c’est aussi une question de connaissances. Un programme de bien-être financier s’articule donc d’abord autour de sessions d’éducation financière des salariés. Gestion du budget, astuces financières (réductions d’impôts, sollicitation de prêts, remboursement des dettes, etc.), dispositifs d’épargnes existants au sein de l’entreprise sont autant de sujets incontournables pour des ateliers de formations collectives. L’entreprise peut également mettre à disposition des salariés les services d’un coach spécialisé, pour répondre aux besoins d’information spécifiques et individuels.

2. Répondre aux imprévus et aux urgences

Le bien-être financier, c’est aussi donner aux salariés les moyens de répondre aux imprévus et aux sollicitations financières en urgence. Par exemple, chez Stairwage, nous permettons aux salariés de débloquer en un clic une partie de la somme correspondant à leurs heures déjà travaillées. C’est moins de stress pour les employés qui savent qu’ils pourront absorber une facture non budgétée, sans emprunter ou sans payer d’agios. C’est également, pour les entreprises, de s’adapter aux moments de vie des salariés tout au long de l’année. Par exemple, en proposant une prime-vacances à l’approche de l’été ou des cartes cadeaux juste avant Noël… A noter par exemple l’initiative de Norauto qui, en 2019, a créé une association d’entraide pour ses salariés en difficultés financières ponctuelles. Chaque collaborateur peut, sur la base du volontariat, verser 70 centimes sur un fond destiné à absorber des pépins de vie. Difficultés à payer une caution, dettes de loyers, parcours de soins onéreux… Il permet de débloquer en urgence une somme non budgétée pour un imprévu.

3. Répondre aux besoins sur le long terme

Egalement et c’est un revanche un usage beaucoup plus répandu à ce jour en entreprise, l’employeur peut être acteur de solutions pour aider les salariés dans les projets de vie sur le long terme. Epargne, retraite, prêt logement, actionnariat salarié, etc. sont autant d’avantages financiers différenciant pour la politique RH. Et des outils puissants d’engagement et de fidélité des salariés. Car la sérénité financière, c’est aussi pouvoir mettre de l’argent de côté pour penser des projets et les mener à bien.

4. Proposer l’accompagnement technique adapté

Enfin, un programme de bien-être financier solide, c’est aussi de proposer aux salariés des outils techniques adaptés. Par exemple, chez Stairwage, nous adressons directement le problème du « tabou » de l’acompte sur salaire en proposant au salarié de toucher la somme en un clic, via notre appli. Plus besoin de déposer de demandes, qui peuvent être vécues comme intrusives pour la vie privée, auprès des services RH. Nous proposons également en ligne des conseils pratiques et des astuces pour aider les collaborateurs à mieux gérer leur budget. En cette période de crise, le bien-être financier va apparaître comme un facteur clé pour l’engagement et la productivité des salariés. Au vu des nombreux plans de licenciement qui s’annoncent, les drames individuels et familiaux vont être nombreux et impacter fortement sur le moral des français. Dans ce contexte, l’entreprise peut avoir un réel rôle à jouer pour rendre à ses salariés une sérénité financière. Et ce n’est pas qu’une question d’humanisme. C’est aussi, pour l’entreprise, un véritable enjeu de compétitivité. Car le stress financier a un fort impact négatif sur la productivité des salariés, l’absentéisme, le turn-over… Pour les employeurs donc, le bien-être financier des salariés est un levier d’action concret pour retrouver le chemin de la croissance et renouer avec la performance.

claps

Vous aimez cet article ?

Partagez-le !

Autres articles à découvrir